Accueil  Courses  Massifs  Photos  Refuges et Bivouacs  Des mots…  Liens   
Accueil  >  Courses  >  Cervin - ou Matterhorn - (4 478 m)   
Cervin - ou Matterhorn - (4 478 m)
          Arête du Hörnli
Difficulté : AD
Massif : Valais
Engagement : III
Type : rocher
Dénivelé : 1200 m environ
Horaire : 5 à 6 h
Départ :  Refuge du Hörnli
Auteur : Damien AUGIAS (Nice)
Le Cervin (4478m) est probablement le plus beau sommet des Alpes car sa forme extraordinaire que l'on peut voir de Zermatt est tout à fait unique. Il s'agit d'une pyramide presque parfaite constituée de quatre faces et de quatre arêtes. Nulle part ailleurs on ne trouve de masse rocheuse d'une telle élégance et culminant à une altitude aussi élevée. Mais le Cervin est également le sommet des Alpes le plus convoité. A cela, une explication très simple : son histoire. Sa première ascension, en 1865, fut à la fois une des plus grandes réussites et un des plus grandes tragédies de l'histoire de l'alpinisme. L'homme qui est au centre de cet événement est l'illustre alpiniste britannique Edward Whymper, fasciné par ce merveilleux sommet qu'il tenta maintes fois de gravir avant son exploit de 1865. Cependant, un autre alpiniste était également très attaché à cette montagne : Jean-Antoine Carrel, guide italien de Valtournanche qui passa une bonne partie de sa vie à vouloir conquérir "son" Cervin. Après avoir fait quelques tentatives en commun, Whymper et Carrel furent finalement opposés le jour de l'ascension en 1865. Whymper, accompagné de Croz et d'autres alpinistes, gravit l'arête du Hörnli, du côté suisse et Carrel, guide de l'expédition italienne, opta pour l'arête du Lion car située en Italie. Ce fut finalement Whymper qui arriva le premier au sommet alors que Carrel se trouvait juste à trois cents mètres plus bas. Voilà donc comment se déroula l'une des plus grandes ascensions de l'histoire alpine. Malheureusement, la descente fut fatale à quatre des six compagnons de Whymper dont Michel Croz, l'un des plus grands guides de l'époque et un lord anglais. Ce fut do Cervin ne s'arrête pas là. En 1931, la face nord, la plus belle paroi du Matterhorn, est vaincue par les frères Schmid, de Munich. En 1965, dans cette même face, l'alpiniste italien Walter Bonatti ouvre un voie nouvelle, en solitaire et en hiver. Le Cervin est donc bel et bien devenu un sommet mythique.
L'itinéraire est donné par l'arete NE du Cervin mais en fait, on ne reste pratiquement jamais sur le fil de l'arête. Du refuge, rejoindre la crête située 20 m au-dessus, attaquer un couloir puis sur la gauche traverser vers une épaule. S'élever en direction de l'arête puis parvenir à un couloir menant à un éperon de l'arête (gendarmes).

Par une vire à gauche, on continue le long de l'arête pour atteindre le refuge Solvay (4003 m). S'élever ensuite vers le nord et gravir la dalle Moseleyplatte (du nom de l'alpiniste américain Moseley, mort à cet endroit...).

Suivre ensuite une tour et rejoindre la face nord (partie supérieure). Une crête de neige très agréable (crampons utiles) conduit au sommet suisse (le plus élevé) d'où la vue sur le Mont Rose, le Liskamm et la Dent d'Hérens est vraiment superbe.

Remarques : La cabane Solvay (4003 m) ne doit être utilisée que quand le temps est orageux ou particulièrement menaçant. D'autre part, cette course doit être considérée comme une course longue et demandant une certaine expérience de la montagne (passages d'escalades en 4ème degré), de l'altitude et des dangers de l'alpinisme.
la face N du Cervin


L'arête du Hörnli


Haut de page            © Julien Beausseron, 2004 -